De Saint-Martin-de-Bossenay à Dommartin-Lettrée Étape du 9 juillet

, par Bernard, Denis, Jacqueline, Jean-Paul, Sylvie

Album photos

AIDE Pour afficher le diaporama, cliquez sur une des photos

Champ de pavots on roule sous le soleil le coin pique-nique déniché par Bernard Sylvie recommande la production locale !

Ce matin, les pigeons n’ont pas roucoulé au réveil, en sortant de la bibliothèque (notre dortoir et notre cuisine) il était à terre devant la porte avec un "coup dans l’aile" (le pigeon pas le cycliste !)
Hier soir dans la soirée, M. le Maire est venu à notre rencontre, à l’entrée du village, nous remettre les clés de la salle municipale pour y déposer nos vélos. Le luxe quoi !!!
L’étape de la journée s’annonce longue. Des grandes lignes droites sans dénivelé, un vent arrière et nous avalons les 50 km dans la matinée. Nous découvrons des champs couverts de fleurs blanches : c’est du pavot.
Cette culture est très réglementée, nous dit un agriculteur occupé à réparer sa moissonneuse. "nous devons prévenir la police si nous voyons quelqu’un dans les champs". La superficie du champ est réglementée également. Le pavot sert à la fabrication de la morphine.
La barre de coupe de sa moissonneuse fait 7,50m de large, « c’est une petite barre », dit-il, « normalement elles font 9,50m. » Comme tout bon paysan, il n’est pas content du temps, seulement 90 ha sont moissonnés sur le 750 ha de la ferme...
Ce midi, Bernard nous a trouvé un lieu de pique-nique impeccable au pied de l’église, près de la rivière et en plus il y a des bancs.
Après la sieste, nous quittons Mailly-le-Camp, non sans avoir parlé avec les joueurs de boules du coin. Ce village de Mailly-le-Camp a une particularité : de nombreux parterres fleuris avec un écriteau en ardoise où l’on peut lire un extrait de poème de G. Apollinaire, B. Cendrars, Ronsard..... une petite note de poésie fort agréable. À Mailly-le-Camp, près du camp militaire du même nom, décollent 2 avions par jour. Une petite vingtaine de kms plus loin avec une côte de plus d’1 km, et c’est la femme de M. le Maire qui nous accueille et ouvre les vestiaires du terrain foot de Dommartin-Lettrée.
Jacqueline et Bernard dormiront dans le même vestiaire qu’il y a 3 ans. Nous avons RDV à 19 h avec les élus. En attendant nous assistons aux décollages et atterrissage des avions sur l’aéroport de Vatry tout proche, (avion école). C’est un aéroport de fret uniquement, avec de grands entrepôts pour le fret routier. Il ne sera pas le 3ème aéroport parisien. Le Conseil Général de la Marne avait anticipé sa construction, il a financé, par exemple, l’isolation phonique de toutes les maisons du village, ce n’est pas le cas pour tous les aéroports.... (négociations anticipées par la municipalité)
Dommartin-Lettrée est une petite commune de 150 habitants mais elle possède une belle salle des fêtes, un terrain de foot, un cours de tennis. Elle ne pourra pas s’urbaniser car elle est comprise dans le PEB (Plan d’exposition au bruit) de l’aéroport. Quelques constructions peuvent être acceptées pour maintenir le nombre d’habitants.
Le Maire nous donnera les ressources de la commune : il y a 4 puits de pétrole sur la commune qui donnent 60 m3 jour. Ils ont aussi le péage de l’autoroute et les revenus des entrepôts de l’aéroport ainsi que le stockage de pommes de terre qui seront utilisées pour le floconage.
Dans la soirée huit personnes viennent nous souhaiter la bienvenue dont 4 élus ainsi que l’épouse et la fille du Maire. Celui-ci est à faucher (moissonner). Il nous offre une production presque locale qui fait des bulles et que Sylvie recommande ! (champagne Eric Phelizon)
ls se souviennent du passage de la Marche en 2005 et d’Iga, c’est une soirée sympathique et chaleureuse et ils nous donnent rendez-vous dans 3 ans. Nous remettons à la 1ère Adjointe un fer à cheval d’Iga servant de support à une photo de la Marche au Cœur de l’Europe.
La nuit est très calme, sauf à 2 heures du matin, vacarme occasionné par le décollage d’un gros porteur. Le lendemain matin, Sylvianne avec un large sourire viendra nous apporter le café. A 8h comme il l’avait dit, James, le Maire prendra le temps de venir nous saluer et nous souhaiter bonne route. Il est rentré à 2 H du matin, la barre de coupe de sa moissonneuse ayant cassé.
Au revoir !

Article suivant Article précédent