De Lindenhardt à Zwergau Étape du 30 juillet

, par Bernard, Francis, Jean-Paul, Sylvie

Ce matin étape en vélo de Lindenhart à Zwergau distant d‘environ 36 km. Départ vers 09h30, la température est déjà de 28°. Nos amis cyclistes seront hébergés à Zwergau, à l’est de Kemnath, chez Martin.
La journée est très chaude, étape très vallonnée avec de très beaux paysages de basse montagne. A l’arrivée à Zwergau, les cyclistes rencontrent un journaliste pour un article de presse. Zwergau est situé dans le parc naturel de Steinwald.
Ce soir, nos amis cyclistes sont à Kemnath pour la fête des 1000 ans de la ville. Kemnath est une ville de 5200 habitants et située à une altitude de 462 m.
Ils sont accompagnés pour la soirée d’Anne Frank, une française mariée à un allemand qui vit à Erbendorf depuis 25 ans.

C’est la reprise à vélo après 4 jours de repos (si on peut dire, ne pas croire que ce sont des vacances). Le profil de l’étape compte pour le prix du meilleur grimpeur. Martina est venue nous saluer, le départ de chez Karl est un peu difficile.
Hervé et Sylvie font équipe au cours de la journée avec un vélo pour deux.
La pause à Wirbenz nous permet de pique-niquer, de faire la sieste, de regarder les poissons dans l’eau et de mettre au point les comptes-rendus car Francis est impatient !
Nous arrivons vers 17 heures dans un village de 7 à 8 maisons, nous serons hébergés (pour ceux qui n’ont pas de camping-car) chez un couple d’agriculteurs en retraite qui ne parlent pas français. Anne Franck, une très sympathique bordelaise habitant la région depuis plus de 25 ans nous sert d’interprète. Un journaliste local prend des photos et des notes en préparation d’un article qu’il a promis nous envoyer par Internet.
Ce soir à Kemnath, la ville très proche, les organisateurs du 1.000 ème anniversaire de la ville se retrouvent après la fête moyenâgeuse du week-end dernier pour une soirée grillade. Le journaliste donne plusieurs coups de fil pour que nous soyons invités à la soirée. Willy, notre hôte, nous y emmène en BMW climatisée et confortable.
Arrivés sur place, nous voyons des femmes et des hommes en costume à l’ancienne, des enfants font cuire des manchons de pâte à pain enroulés autour d’un bâton au-dessus d’un feu de bois. Les grillades sont en route sur l’immense grille circulaire. Les personnes francophones annoncées sont absentes et nous ne sentons pas une ferme volonté de rencontre de la part de la foule présente. Willy, aussi mal à l’aise que nous, semble-t-il, nous propose alors d’aller manger une glace. Les hommes commandent une bière, la femme et le vieillard vont prendre une glace bien de chez eux (les Allemands). Nous rentrons au gîte avec Willy. Sylvie est contrainte et forcée (mais a refusé de faire des œufs au plat à cause de l’odeur pour la nuit) par Hervé et Jean-Paul de faire cuire des œufs pour manger en salade avec des tomates et des pommes de terre. Bernard se laissera tenter !
22 heures, c’est l’heure d’aller au lit, Hervé et Sylvie dans leur home roulant, Jean-Paul et Bernard dans deux grands lits jumeaux.
 

Article suivant Article précédent