La Voïvodine Serbe, 2ème partie du 21 au 24 août 2014

, par Joëlle

Album photos

AIDE Pour afficher le diaporama, cliquez sur une des photos

Maison ancienne de Voïvodine Maison ancienne de Voïvodine entre Backa Palanka et Novi Sad Novi Sad Novi Sad Novi Sad Novi Sad Novi Sad Novi Sad Petrovaradin Petrovaradin Monastère dans les montagnes de Fruška Gora Monastère Hopovo Fruška Gora Monastère Hopovo Fruška Gora Monastère Hopovo Fruška Gora Monastère staro Hopovo Fruška Gora Monastère staro Hopovo Fruška Gora Fruška Gora Monastère staro Hopovo Fruška Gora Monastère de Krušedol Apothicairerie à Sremski Karlovci Novi Sad Novi Sad, le propriétaire de l'AJ entrée de village en Serbie Les maisons traditionnelles ont pignon sur rue Kolije, entre Novi Sad et Titel Kolije, entre Novi Sad et Titel les cigognes sont encore là... Monastère de Kolije Monastère de Kolije Monastère de Kolije jeu de briques jeu de briques Titel, sa plage sur la Tisa, ses parasols... barques de pêche sur la Tisa Une pastèque offerte avec tant de gentillesse.... la fille de notre hôte parle anglais Arrivée à Belgrade par le pont de Pancevo

De Backa Palanka à Belgrade

21/08 Backa Palanka-Novi Sad
Ce matin , notre premier souci est de trouver un endroit où vérifier la pression des pneus. Nous trouvons une petite échoppe ""bicikli" , mais le réparateur est en vacances et c’est sa maman qui tient la boutique. Impossible de trouver le bon embout pour les pneus de Babeth ! La dame nous explique en serbe avec force phrases et gestes que nous trouverons notre bonheur un peu plus loin. 9h30, c’est chose faite, nous pouvons partir...sous une petite pluie.
Après quelques kms de départementale, nous reprenons la digue (chemin dammé moyennement roulant à cet endroit). La petite pluie du matin a redoublé et 11km plus loin nous cherchons un abri dans un village. Ce sera la devanture d’une pâtisserie sous laquelle se trouvent déjà 2 cyclotouristes allemands. Nous taillons une bavette en attendant que la pluie se calme. Ils font Vienne-Belgrade. Eux non plus ne voyaient plus de cyclotouristes depuis Budapest.
Nous repartons pour Futok où Richard nous à trouvé un coin pique-pique abrité. Nous sommes trempées jusqu’aux os.
L’après-midi la pluie se calme et nous atteignons Novi Sad vers 14h.
La visite de cette ville et de la forteresse de Petrovaradin nous enchantent. Beaux bâtiments anciens, une ville très animée encore une fois.

22/08 Novi Sad et environs
Aujourd’hui repos des cyclistes !
Richard nous emmène dans les montagnes qui bordent le Danube à l’ouest de Novi Sad. Le paysage de collines, forêts, vignes, beaux villages perchés, nous change de notre vaste plaine... Les monastères byzantins, perdus dans la montagne, sont ornés de belles peintures murales.
Ça nous fait tout drôle quand même de se promener en voiture...
Demain on reprend nos destriers !

23/08 Novi Sad-Titel
Ce matin le propriétaire de l’hostel tient à nous dire au revoir. C’est un jeune homme d’environ 30 ans. Au cours de la conversation, je lui demande si les serbes souhaiteraient intégrer l’Union Européenne. S’appuyant sur l’exemple de la Roumanie et de la Bulgarie, il me répond que pour les personnes vivant à la campagne des maigres revenus que leur procure leurs quelques poules, un cochon ou une vache et leur champ de pastèques ou de poivrons, cela leur rendrait la vie impossible car l’Europe leur imposerait des normes sanitaires qu’ils ne pourraient pas respecter et ils se retrouveraient sans revenus. Le salaire moyen des agents de l’état est d’environ 300€ ce qui est trop bas pour des prix "européens". À l’inverse, des urbains entrepreneurs comme lui et sa femme, qui tient un magasin de bijoux, aimeraient bien que la Serbie intègre l’union européenne car cela faciliterait les échanges commerciaux et touristiques.
À la constatation qu’il nous semble que tous les serbes roulent en vélo, il nous dit que le coût d’utilisation d’une voiture (assurances, taxes, essence, parkings payants partout) a doublé depuis l’an dernier !
À la sortie d’un autre client de l’hostel, il nous apprend que c’est un kosovar et qu’’il y a aussi actuellement dans l’hostel des croates et des albanais : tous participent à un programme de 24 jours financé par l’union européenne qui consiste à les faire travailler ou réfléchir ensemble dans différents ateliers....

Dovidzenia Novi Sad, nous quittons aujourd’hui l’eurovelo6 officiel pour longer le Danube par le nord et rejoindre la vallée de la Tisa à Titel.
L’itinéraire que j’avais prévu devait prendre la digue, mais devant l’état du chemin nous renonçons. Une petite départementale dessinée sur la carte devrait nous permettre de rejoindre l’itinéraire 10 km plus loin. Malheureusement, quand les serbes ont construit l’autoroute, ils ont oublié de raccorder les deux morceaux de cette petite route par un pont ou un souterrain ! Nous voilà obligées de rejoindre la nationale à 4 voies Novi Sad-Belgrade pour 10 km avant de retrouver notre petite route ! Heureusement les serbes sont très respectueux des cyclistes et s’écartent bien de nos vélos..
À Kolije nous retrouvons Richard par hasard juste à l’heure du café. Nous visitons ensuite un très beau monastère orthodoxe à la sortie du village. Puis la route est droite et traverse des champs de tournesol et de maïs pour changer un peu ! Nous apercevons au loin la rangée d’arbres qui borde le Danube et les montagnettes de Fruska Gora sur l’autre rive. Un virage, un village, et nous voici devant des collines de loess que nous longerons jusqu’à Titel. Côté Danube, la plaine semble se rétrécir. Des vaches, des moutons paissent dans les prairies grasses parsemées de puits à l’ancienne.
À Titel, coule la verte Tisa, affluent du Danube. Une plage est aménagée sur la rivière, les autochtones se baignent, pique-niquent, pêchent, font des ballades en bateau.
Cette nuit, un banquet de mariage a lieu dans un bâtiment annexe de notre hôtel. À minuit pile toute la noce se déplace dans une salle située sous nos chambres. C’est l’heure des chants et des danses. La musique traditionnelle serbe est un peu lancinante, de type "orientale". Heureusement, la fête se calme vers 1h30...

24/08 Titel-Belgrade
Ce matin nous partons vers 8h30 par une petite route de campagne qui doit nous mener à Centra...Au bout de 10km, le chemin que nous devons emprunter est un chemin de terre noire bien grasse. 10 mètres plus loin nos vélos sont embourbés. Après décrottage des roues, chaînes et garde-boues, retour à la case départ et nous prenons une petite nationale qui nous mène à Centra avec 2h de retard ...Nous décidons d’acheter une belle tomate "cœur de bœuf" à une dame qui vend sa production au bord de la route. Elle est tellement contente de rencontrer des françaises qu’’elle refuse absolument qu’on la paie et nous gratifie aussi d’un oignon de son jardin...
Une centaine de métres plus loin un monsieur de 65 ans environ vend des pastèques. Une pastèque pour 2 c’est beaucoup, mais ça nous fait envie. Nous lui demandons si il peut nous en couper un quart. Du coup il nous installe dans sa petite baraque, sur des chaises, coupe la pastèque et nous sert. La conversation est difficile. Il décide d’appeler sa fille à la rescousse. Comme elle tarde un peu à venir, il nous prépare un café à la turque, rentre une table et un bouquet de fleurs...Nous sommes servies comme des reines ! Avec sa fille nous comprenons qu’il est Monténégrin, arrivé ici à l’âge de 3 ans avec son père, qu’il était chauffeur routier et est maintenant retraité. Il rêve d’aller un jour à Paris. Sa fille benjamine de 26 ans a fait des études commerciales à l’université de Belgrade, mais ne trouve pas de travail. Le taux de chômage est supérieur à 37% en Serbie.
Bien sûr au moment de payer la pastèque il refuse...Nous avons son adresse, nous lui enverrons des photos et quelques gourmandises de nos régions !
L’après-midi, la circulation se densifie à l’arrivée dans la banlieue de Belgrade. Des trottoirs goudronnés servent de pistes cyclables, mais il faut éviter les piétons, les trous, les marches, etc...Nous arrivons enfin à l’AJ vers 16h.
Demain je prends l’avion pour Paris, et vais voir ma petite Lucie, pendant que Babeth et Richard vont visiter Belgrade.

Article suivant Article précédent