Ma vie à La Chapelle sur Erdre

, par Jean-Paul

Album photos

AIDE Pour afficher le diaporama, cliquez sur une des photos

Les handicapés aiment bien monter dans ma calèche Ici, les Amis de Raymond, après la balade... Une distraction bien agréable, au Ploreau Les copines du Ploreau Je promène les enfants à la Ferme de la Hautière Les grandes cérémonies, c'est mon fort ! Avec une classe de Slany (Tchèquie) venue en visite à La Gouërie La Journée de l'Europe, j'arbore les drapeaux ! Journée de l'Europe, la randonnée me suit ! En 2010, les sonneurs de RakVlaz m'ont aidé à donner le tempo

Mes activités ont bien changé ; je suis plutôt en pré-retraite. Je ne travaille plus dans les champs. En dehors de mon pré, je me promène sur les chemins et les routes, ou plutôt je les promène, car je tire toujours la calèche ramenée de Pologne. Mes passagers sont divers mais j’ai toujours les mêmes meneurs. Bernard prend plus souvent les rènes ; quelquefois Guillaume pour les grandes occasions et Jean-Paul, le proprio, de temps en temps.
Je promène les handicapés
Les résidents du Centre de la Mitrie avec Geneviève, Véronique et Annie sont les plus réguliers, tous les 15 jours. C’est toujours le même parcours : route du Verger puis ensuite la Noë Violin et le retour vers la Cathelinière. Ça piaille dans la calèche surtout avec Simon , incollable sur les variétés d’arbres ; Jean-Yves qui nous détaille religieusement l’activité locale ; Isa toujours à la même place qui s’exclame quand je galope dans la descente vers la « mare aux pies » . J’ai aussi mes habitudes dans cette promenade ; je dépose mon crottin au même endroit, je trotte sur le chemin et quelquefois je m’arrête dans la côte.
Avec Tony de la Charmelière à Carquefou j’emprunte le même parcours pendant une heure, avec les résidents « de jour » tous les mois. Une nouvelle venue, Sandra, s’adapte de plus en plus ; elle vient me caresser et crie beaucoup moins. Mon histoire avec les Centres de handicapés remonte tout au début de mon arrivée en Loire-Atlantique. Avec mes accompagnateurs de « La Marche au Cœur de l’Europe », à La Chapelle-St Sauveur, les « Amis de Raymond » nous ont très bien accueillis. Cette association reçoit pour les week-ends et les vacances, des personnes en difficultés.
Le président Jean-Louis travaillait à la Mitrie. C’est ainsi que la liaison s’est effectuée. Maintenant Jean-Louis et sa femme Odile sont partis vers d’autres cieux en montagne pyrénéenne mais le lien perdure. Tous les ans à la Gouërie, après le pique-nique, je fais visiter la campagne treillièraine aux « Amis de Raymond ».
Je promène les personnes âgées
Aux beaux jours je me rend à la Résidence du Ploreau à La Chapelle-sur-Erdre. Une heure de route , un peu moins pour le retour, c’est normal « je sens l’écurie « … je connais le chemin par cœur ; je dépose mon crottin en haut des côtes de la Gergaudière et de la Hautière. Dans la rue du Plessis , Bernard n’a pas besoin de tirer sur la guide droite je tourne automatiquement comme le portail quand Jean-Paul a fait le code. Mais au Ploreau celle que je préfère c’est Denise. Elle m’attend sur le banc et dans son sac elle a prévu du pain (sec des fois …) . Elle vient, elle me caresse, me bichonne, j’ai droit aussi aux bises sur les naseaux, un vrai délice !!! J’entends aussi les blagues de Gilbert ; j’apprécie comme mes deux assistants le sourire de Nathalie . Une tournée, deux , parfois trois et je repars après avoir bu mon seau d’eau et le verre de cidre pour les deux cochers. Je crois que ceux-ci reviennent de temps en temps sans moi. Là aussi le déclic initié par Jean Lederf et Maryvonne continue avec Christophe et Laurent et tout le personnel.
On peut m’admirer dans les fermes chapelaines
En plus de ces activités régulières j’ai des petits à-côtés. Bien sûr je fais les Portes Ouvertes dans les fermes de La Chapelle-sur-Erdre. A la Pannetière le 1er mai je remplis mon contrat. Je suis présente toute la journée et j’ai du foin pour l’année. Je fais aussi le Limeur, la Hautière. Ces portes-ouvertes sont très sympathiques, je vois beaucoup de monde mais à la fin de la journée j’en ai plein « les sabots » . Faire toujours le même parcours c’est plutôt monotone. Au début de la journée je trotte mais en fin d’après-midi les fers ne décollent pas beaucoup sauf au retour où je peux enfin me « défouler » quand la fatigue n’est pas trop importante.
Je promène les enfants
J’ai aussi quelques activités exceptionnelles. La « Fête des enfants » dans le bourg de La Chapelle-sur-Erdre. C’est le directeur de Capellia qui contacte l’association « Sur mes pas... »..eh ! oui moi Iga j’ai une association que je mets au pas !
Quelquefois, en juin, je fais des kermesses avec les enfants des écoles et j’entends beaucoup de chansons comme « La souris verte » « Au clair de la lune » et d’autres...
Je promène les mariés
Il m’arrive aussi de faire d’autres sorties. Mes harnais sont bien propres et graissés. Mon pansage prend plus de temps, mes sabots bien noircis, la calèche décorée, enrubannée, mes cochers ont revêtus leur tenue de sortie, je n’ai pas encore aperçu de cravates … Ça me rappelle quand j’emmenais les Polonais à la messe le dimanche Quand je vois tout cet accoutrement, je sais, je pars pour un mariage. Je redresse la tête, les oreilles bien droites, les photographes vont me mitrailler. Heureusement, je n’en fais pas souvent…
Je mène la marche
Mon association, organise tous les ans, vers le 8 mai, journée de l’Europe, une randonnée dans les campagnes avoisinantes. Alors, là, je mène la marche, il m’arrive aussi de galoper, et de les semer tous..., puis je les attend au tournant du chemin, en broutant l’herbe grasse.

Voilà ma vie, mais c’est dans mon pré que je passe le plus de temps. Je dois supporter ma compagne Nana, sans contrat particulier, mais on est bien ensemble. J’aime bien aussi quand quelqu’un me dis « dzień dobry » « viot-viot » « do widzenia » je retrouve mes racines et pour vivre il ne faut pas les perdre ...