Je m’appelle Iga

, par Jean-Paul

Album photos

AIDE Pour afficher le diaporama, cliquez sur une des photos

Je m'appelle Iga Rosette, Nana et moi avec Bernard et Jean-Paul Moi, je l'aimais bien, Rosette ! Le maréchal-ferrant , ça y est je m'y suis habituée La douche, après une balade, ça fait du bien !

Hi Hi Hi !!! Bonjour, je m’appelle Iga de mon vrai nom Iglica, celui inscrit sur mon passeport. Eh oui, vous le savez j’ai traversé plusieurs frontières car je suis d’origine polonaise, de race małopolska . En regardant mon passeport, mon propriétaire s’aperçoit que je suis né le 12 mai 1995 à Zozwow. Je galope vers mes 18 ans ; mes amis me croyaient plus jeune. Mon père s’appelait Irgon et ma mère Borba. Au mois de novembre 2004, les amis français m’ont rencontré pour la première fois avec Grégor de Bychawa. J’étais dans mon écurie chez Dariusz Rachwal. Mon allure, ma robe, ma vitalité leur ont bien plû, surtout à Geneviève je crois, et le soir Jean-Paul et Dariusz se tapaient la main sous l’oeil de Grégor , René , Geneviève et Jan Marzurkiewicz… Le marché était conclu …. Je passais mon dernier hiver dans la campagne polonaise...

A la fin avril 2005, Dariusz commença à me garnir d’une drôle de façon. Il m’installa une bricole, une sellette, un reculement et pour la première fois il m’attela entre deux brancards ; c’est ainsi que je voyageais dans ma campagne , attelée à une calèche venue spécialement de Poznań. C’est dans cet accoutrement que je quittai Bychawa accompagnée par un groupe de 14 marcheurs le 8 Mai. Nous étions au 60ème anniversaire de la fin de la guerre. Je sais, vous avez suivi mon périple de 4 mois à travers l’Europe avec la « Marche au Coeur de l’Europe ». Pour moi ce périple fut une dure épreuve : je ne connaissais personne, je ne comprenais rien à leur langage, chaque soir je changeais d’hébergement ; un soir avec des poules, le lendemain avec des cochons (ah quelle odeur !!!) , je découvrais la nuit à la belle étoile avec la clôture électrique, ce fil qui vous brûle. La nourriture, n’en parlons pas : je me nourrissais de foin et d’herbe ; mes nouveaux amis voulaient me donner des granulés infects … C’est seulement en Allemagne que j’ai commencé à les manger. Maintenant je les trouve délicieux. Eh oui ! les goûts changent …. De temps en temps je passais la nuit avec d’autres chevaux mais la rencontre était trop éphémère, le lendemain je devais reprendre la route. Mes nouveaux cochers, c’est comme ça qu’on les appelle, voulaient me ferrer . Là « j’ai joué du sabot ». Un soir en Allemagne un maréchal-ferrant qui me parlait polonais a réussi à me persuader que je n’aurai pas mal, alors je lui ai donné mon pied et depuis j’accepte cette pédicure. Un matin, un peu énervée après une nuit près des copains de la même gent animal d’un centre équestre, juste avant d’arriver dans mon nouveau pays d’adoption, j’ai envoyé mon nouveau propriétaire à l’hôpital avec une fracture de la mâchoire , Il m’a rejoint sur la fin du parcours. Quand je suis arrivée à La Chapelle-sur-Erdre au mois de septembre 2005 vous étiez très nombreux à m’accueillir et à me féliciter. Je voudrais remercier tous celles et ceux qui m’ont accueillie pendant ces 4 mois. Depuis je m’adapte à cette nouvelle vie.

Ah bien sûr elle a changé. Au début j’étais seule alors que depuis la nuit des temps mes congénères vivent en troupeau, je suis un animal grégaire, j’étais énervée et vivace. Assez rapidement j’ai eu une dame de compagnie ; elle a 4 pattes certes mais des cornes et de race jersiaise. De temps en temps elle pousse des beuglements : c’est Nana. Anita est sa propriétaire. Puis, dans mon pré, est venue une ânesse, je l’aimais bien mais Nana était jalouse ; celle-ci n’acceptait pas qu’elle entre dans l’abri. Un samedi mon propriétaire l’a vu allongée dans le pré : elle était morte. Depuis, je passe mes journées avec Nana. Nous nous entendons bien. Nana me lèche les épaules et l’encolure ; sa langue rugueuse me fait du bien. Régulièrement des pies viennent se poser sur notre dos ; une compagnie un peu volage certes mais que nous apprécions . Puis il y a tous ces étourneaux qui se régalent dans mon crottin , mais rassurez-vous il en reste pour le jardin ….