Reims – La Gouërie Étape du 30 juillet

, par Sur Les Pas d’Iga

Album photos

AIDE Pour afficher le diaporama, cliquez sur une des photos

Sur la route du retour Petite pause avant la dernière ligne droite ! Arrivée à la Gouërie : ils sont tous là pour nous accueillir !

On sent que c’est la fin même si nous avons encore une petite faim pour prendre le petit-déjeuner à Reims dès 7 heures du matin au Centre International de Séjour : adieu jambon, fromage, concombre, tomate et autre mousse de foie pour le petit matin qu’il soit tchèque, polonais ou allemand. Ce sera un repas frugal à la française plus de kawa mais du café, plus d’herbata mais du thé et en bonus un peu de confiture voire un peu de beurre, à titre exceptionnel un yaourt ; un truc à avoir un accident hypoglycémique dès 9 heures.
Le départ aura lieu à 8h04 pétantes : malgré les 516 kilomètres envisagés, il est prévu de ne pas arriver trop tard à la Gouërie. On ne sait trop si la circulation sera fluide ou non, nous sommes un samedi, le dernier de juillet et on peut imaginer un chassé-croisé entre les retours et les départs surtout dans la région parisienne. La température extérieure est de 14,5°C et les chauffeurs avec le temps deviennent des experts.
Gazole à Reims, pause pipi dès 9h10. Le GPS annonce l’arrivée à Treillières à 13h01, nous avons de l’avance puisque l’arrivée officielle à Treillières est prévue vers 16h30 !
Nouvelle petite pause sur l’aire de Gourville. Plus on se rapproche de l’ouest plus la température monte.
Vers 12h15, repas frugal sur l’autoroute : petite andouillette pour certains, jambon braisé pour d’autres voire poisson mais les parts ne sont pas les mêmes que celles proposées en Pologne.
Ne reculant devant rien, nous quittons le restaurant à 13h08. Nous avons encore une bonne marge de manœuvre devant nous : il nous faudrait un peu de bouchons pour arriver dans les temps. C’est ce qui nous arrive au sortir du péage à 22 kilomètres d’Angers. On en profite pour s’arrêter : il s’agit de peaufiner le discours que Jean Paul a commencé à écrire pour résumer notre voyage.
Arrivée vers 16h00 à la Gouérie où nous attend un apéritif dînatoire. Ils sont venus, ils sont tous là : Colette, Claudie, tous les enfants et les petits-enfants, Sébastien (qui a bien bossé pendant le séjour….vu de Treillières) et son épouse Jola, Thérèse et Claude et bien d’autres encore.
Les minibus sont déchargés de leurs bagages ; on fera le tri le dimanche et après une dernière petite vodka Stock offerte par Jean Paul, il est temps d’aller se reposer après ce périple de 536 heures environ, plus de 5.500 kilomètres pour les minibus et plus de 450 kilomètres pour les cyclistes.

Article précédent