De Iwaniska à Czyżów Szlachecki Étape du 22 juillet

, par Sur Les Pas d’Iga

Album photos

AIDE Pour afficher le diaporama, cliquez sur une des photos

Photo de famille, avant le départ d'Iwaniska Pas de chance pour lui ! La découpe du porc ... Réception à Lipnik par le secrétaire général de mairie Le ramassage du lait Les vergers Repas en commun au collège de Lipnik Le secrétaire de mairie et Beata Echange de cadeaux Avec les responsables de la maison de la culture de Lipnik Sandomierz, l'une des plus anciennes villes de Pologne

Cyclistes : 8 Intendance : 5
8h00, nous allons prendre notre déjeuner. Nous avons logé dans l’Agroturystika d’Ewa Nogaj, que nous avions rencontré en 2005 et qui, à l’époque nous avait fait l’éloge du château de Krzyżtopór dont vous avez eu l’histoire dans le compte rendu précédent, Ewa ayant participé aux recherches archéologiques. Ewa n’était pas présente lors de notre arrivée le 20 au soir mais est rentrée d’Allemagne dans la nuit.
En 2005, elle travaillait à la mairie. Dorénavant, elle travaille pour une entreprise polonaise de construction, en qualité de responsable d’équipe (15 personnes). Actuellement, elle travaille à Nuremberg pour le montage de silos à blé de 25m de diamètre et de 30m de haut. Dans son équipe, elle a des alpinistes pour les travaux en hauteur. Les salaires perçus en Allemagne sont supérieurs aux salaires polonais mais inférieurs à celui des allemands.
9h00 départ des cyclistes et des minibus. Nous passons devant le marché, l’intendance s’arrêtera pour regarder le marché qui est bien différent des nôtres. Aujourd’hui, ils n’achèteront rien car nous sommes invités par la municipalité de Lipnik. Ce jour, nous ne ferons qu’un petit trajet, une vingtaine de kilomètres. Le parcours est très vallonné dont une côte de 12%, d’après les spécialistes vélo, qui nous attend. Certains d’entre nous arrivent à la monter, d’autres descendent de vélo, ce qui favorisera nos échanges avec 2 jeunes ramassant de la luzerne. Ils étaient intrigués de voir un groupe de cyclistes passer dans leur village. La langue polonaise étant difficile, les échanges se sont faits en anglais.
Arrivés à Mydłów, nous nous arrêtons sur la même place qu’en 2005. Face à nous, dans une ferme, les propriétaires découpaient le cochon tué certainement la veille.

Notre arrivée à Lipnik était prévue pour 12h. Bien que les cyclistes se soient égarés à 4kms de Lipnik, nous avions 20 mn d’avance. Notre interprète, Beata Kaptur recommandée par Jean-Yves et Marie-Agnès Arnaud, était attendue pour 12h. En attendant, nous sommes accueillis, comme d’habitude en Pologne, très chaleureusement : thé, café, jus de fruits et petits gâteaux.
Monsieur le Maire pris par ses occupations professionnelles, nous sommes donc reçus par le secrétaire général de la mairie qui nous présente sa commune. La commune de Lipnik est une commune de 6000 habitants. Ce n’est pas une région industrielle mais une région arboricole : la seule usine qu’il y ait, est l’usine de fabrication de jus de fruits.
La municipalité nous a présenté les différentes réalisations depuis notre passage en 2005 :
L’Union Européenne participe aux financements dans différents domaines mais surtout dans l’enseignement, la construction d’infrastructures routières et l’internet pour tous.
Depuis 1 an, ils n’enseignent plus le français alors qu’il l’a été pendant 3 ans mais enseignent l’anglais, l’allemand et un peu de russe.
Les habitants travaillent dans l’agriculture et dans les services mais il y a 20% de chômage (jeunes et adultes). Certains partent travailler à l’étranger en Irlande, Allemagne et Grande Bretagne surtout en saisonniers.
La production d’énergie électrique en Pologne provient de l’hydraulique et du charbon, la production éolienne se trouve en bordure de la baltique. Le photovoltaïque est en cours de développement et est subventionné par l’UE . Il n’y a pas de production d’énergie issue du nucléaire en Pologne, les récents évènements du Japon, ne les encourage pas à s’orienter dans cette voie.
Depuis 2005, les fermes se sont agrandies : les parcelles sont entre 10 et 100 hectares. Comme la terre est bonne, beaucoup de culture de légumes et vergers, la betterave à sucre est remplacée par le maïs pour les vaches. Il y a 60 exploitations laitières avec une vingtaine de vaches en moyenne : nous avons vu de gros bidons de lait au bord des routes ainsi que le camion de ramassage mais le lait n’est pas transformé à Lipnik.
Dans chaque village, il y a un terrain de sport car les jeunes pratiquent principalement le football et dans les gymnases, les jeunes jouent beaucoup au tennis de table.
Suite à la Marche au Cœur de l’Europe de 2005, un premier échange avec la Commune de Treillières (44) a eu lieu en 2006, les échanges ne se sont pas développés pour le moment, cependant la municipalité de Lipnik paraît ouverte à ces échanges.
Nos échanges continueront autour du repas que nous prenons à l’école (Rosol, bouillon de poule avec des nouilles, Kotlet Schabowy, gâteau marbré, thé et café). Pour ceux qui le souhaitent, un « natural kawa » est servi, un café avec le marc ; il faut laisser le marc descendre pour pouvoir le boire.
Échange de cadeaux à la fin du repas, Jean Paul présente son classeur retraçant la marche de 2005 à la directrice de l’école qui était présente à cette époque. Beaucoup de souvenirs pour ceux qui ont participé à cette marche.
Après, une heure de repas, nous partons visiter l’école où il y a les primaires (200 élèves) et les secondaires (180 élèves). Il n’y a pas d’école maternelle à Lipnik mais dans le village voisin à Włostów. Pour les secondaires, les salles de classes sont équipées de vidéoprojecteurs, de tableaux interactifs et d’un laboratoire de langues. Le nombre d’élèves est de 23 à 25 par classe. Ce que nous avons pu observer également, c’est qu’il y avait un ascenseur pour handicapés et que les enfants font le tri sélectif. D’ailleurs, l’école a obtenu un certificat « d’école modèle » : 47 certificats ont été décernés en Pologne dont 3 dans la région. A l’entrée de l’école, un mémorial rappelle le nom des enseignants qui ont dispensé leur cours pendant la guerre en toute clandestinité.
En 2007, la municipalité a réhabilité la maison des pompiers en centre culturel. On peut y trouver une salle internet avec 10 postes informatiques mis à disposition des habitants de la ville, gratuitement, et une salle où l’on peut faire de la musique, des arts plastiques …La visite de la salle informatique nous a permis de vous diffuser les comptes rendus des 3 derniers jours. Dans ce même bâtiment, il y a aussi un médecin généraliste public.
Un théâtre ouvert et une nouvelle caserne de pompiers sont en cours de construction.
Nous repartons à 16h pour une visite de Sandomierz (Rynek, Cathédrale, …) avant de rejoindre l’hébergement de ce soir, le « Pałac de Czyżów Szlachecki » où nous avions logé en 2005, hébergement que nous avait trouvé la mairie de Bychawa.

Article suivant Article précédent