Domazlice Étape du 10 août

, par Sur Les Pas d’Iga

Album photos

AIDE Pour afficher le diaporama, cliquez sur une des photos

La place de Domazlice les stands de la fête... A table ! Les danses folkloriques

Départ à 7h 39 de la gare de PLZEN pour DOMAZLICE où il y a une fête folklorique en l’honneur de St Laurent qui dure 3 jours.
En 2 jours, le trajet tram-train nous est devenu presque routinier. Après 2 heures de tortillard, enfin DOMAZLICE. La surprise est grande entre la vétusté du train, le manque d’entretien des voies et les caméras de surveillance de la gare qui est récente.

On nous dit que DOMAZLICE fut une ville très protégée du temps du communisme car très proche de la frontière avec l’Allemagne capitaliste. Déjà au Moyen-Âge, le roi avait demandait aux habitants de protéger le pays et les chiens de garde qu’ils utilisaient pour cela expliquent que le chien soit devenu l’emblème de la ville.
Au pied de la tour, avant la vue, c’est l’odorat qui le premier réagit aux galettes de pommes de terre et aux morceaux de porc sur la plaque en train de rôtir. Il est 10h15 du matin ; Les Tchèques ont la spécialité de manger quand ils ont faim. C’est ainsi que nous-mêmes nous retrouvons à 10h30 à manger le kolace - gâteau fabriqué spécialement pour ce jour-là à base de fromage blanc et de marmelade – avec un demi (50 cl) de bière Cambrinus (pivo à la tirette) , ce qui sera renouvelé plusieurs fois dans la journée. Les femmes tchèques, soucieuses de parité, boivent autant que les hommes.

La fête c’est un peu comme chez nous ; chacun vend les produits de sa région : la charcuterie, les gâteaux, les céramiques, les verres à bière, le cristal, etc.…
Dans les rues le spectacle est vivant ; musique ancienne racontant les épopées de la ville et de ses habitants, musique humoristique, dont nous déchiffrons le sens aux rires et applaudissements des spectateurs une fois la chanson terminée.
"Chansons paillardes" nous disent en bon français Jitka et Jirka en nous transcrivant le sens de la chanson.
Pendant que certains font ainsi bombance en écoutant des choses que nous n’oserons rapporter ici, d’autres (Michel, Maryvonne, Jean-Pierre….) tentent vainement de faire une pénitence collective en gravissant une colline, d’où l’on domine la ville, pour entendre une messe en plein air. Ils ont ensuite un contact avec le prêtre qui parle un assez bon français ; on leur dit qu’il est assez connu dans la région pour animer fréquemment "le jour du seigneur" local sur la TV tchèque.
En redescendant, ils rencontrent incidemment l’ambassadeur de la République Tchèque à Paris : français impeccable, sans accent, de même que sa femme et ses 4 enfants. Ils lui disent notre souci de contribuer à bâtir une Europe des citoyens ; sa réponse en substance : "Félicitations et bon courage car les Politiques en ont besoin".

Tout le monde se retrouve heureusement pour le repas de midi : c’est bière (Urquel ou Gambrinus selon les goûts) + galette + bière + saucisse ou tranche de porc + bière + …..

Puis on rejoint un parc avec podium pour un défilé folklorique parmi la foule assise et un spectacle de chansons d’enfants et danses folkloriques. Ne comprenant pas les paroles, je dirais que la musique est un peu toujours la même, comme la musique bretonne (désolé André !...).

Déjà 16h00 ; il faut repartir à marche forcée vers la gare. Le train n’attend pas. Retour somnolant jusqu’à PLZEN ; seule une biche (NDRL : ou un daim, selon les goûts, comme pour la bière) au milieu des champs vient secouer la torpeur générale.
Petite nouvelle pour moi, Jean-Marc ; Renata me dit que je ressemble à un acteur français : aujourd’hui, je suis le sosie de Christian CLAVIER. C’est flatteur, mais politiquement j’aurais préféré quelqu’un d’autre !
Il faut encore faire le ravitaillement pour le repas du soir. Une partie sera engloutie par l’apéritif à Bernard, la Berech….ka. Ce n’est pas très bon, mais on se force et finalement on s’habitue…..
La soirée se termine après la réunion obligatoire pour tous les participants.
Pour certains, la nuit sera embaumée de rêves berech…kaviens.
La suite à demain.

Article suivant Article précédent