De Rheinheim à Niedernberg Étape du 23 juillet

, par Bernard, Francis, Jean-Paul, Sylvie

Album photos

AIDE Pour afficher le diaporama, cliquez sur une des photos

Hervé fait les courses.... Réunion avec Marion et le maire de Niedernberg Jean-Paul essaie le vélo-ballon le rangement des vélos-ballons Hervé sur le vélo-ballon Bernard s'accroche

Aujourd’hui, 23 juillet, après un repos bien mérité à Reinheim, Denis, comme prévu, quitte le groupe pour rentrer à La Chapelle sur Erdre. Les cyclistes restants ont passé le cap des 1200 kilomètres parcourus en atteignant Groß-Umstadt, Regina et Rolf les accompagnent jusqu’à Nedernberg ville étape de ce soir.
« Le soleil brille, les oiseaux chantent ». Jean Paul et Sylvie roulent tous les deux comme au bon vieux temps. Nos deux amis font le constat qu’il leur reste peu de jours à rouler, le temps file entre leurs doigts.
Bernard a des toiles d’araignées sur le guidon de son vélo, il espère les ramener en Loire Atlantique. Les cyclistes remercient leurs supporters pour leurs encouragements.

Le départ est assez tardif (10h30) pour plusieurs raisons : Denis, Hervé et Sylvie font les courses, Jean-Paul cale la prochaine étape à Sulzbach, Régina et Rolf ont invité leurs amis Monica et Willi pour le petit déjeuner..)
Denis reprend la route à vélo jusqu’à Orléans. Nous lui avons demandé de faire un pointage avec tampon du Maire dans chaque commune traversée ...
Bernard doit aller chez l’ophtalmo, il a un œil rouge (au réveil il ressemble à éléphant-man) depuis plusieurs jours, et ça ne peut être modifié par photoshop. Régina et Rolf égaux à eux-même, montrent encore une fois la qualité de leur accueil en cherchant un ophtalmo de service et en y accompagnant Bernard en voiture. Le médecin parle anglais et tout se passe bien. Bernard conservera son œil. Une conséquence positive de l’Union Européenne : avec la carte européenne d’assurance maladie pas de facture à payer pour les soins et les médicaments. 
Hervé et Bernard arrivent les premiers à Niedernberg... Ils sont en voiture ! Le temps d’admirer la statue d’un soldat romain, un quidam allemand (il y en a aussi là-bas !) les emmène à la Mairie où Marion propose de leur offrir une boisson. Solidarité collective oblige, ils préfèrent attendre Sylvie et Jean-Paul.
Marion parle français, la ville est jumelée avec Santes, une commune de la banlieue de Lille. Elle reçoit le groupe de 4 personnes avec une collègue (secrétaire du Maire) chargée de la communication, en attendant le Maire retardé par une réunion. En fait nous ne sommes pas attendus.... encore une histoire d’Internet ... mais de quoi je me « Mail ». Malgré tout, le Maire est très accueillant, il propose de nous offrir un repas au restaurant et le petit déjeuner. Polis et bien élevés, nous acceptons la proposition du petit déjeuner.
Marion nous accompagne à vélo à la salle de Sport Hans Hermann Halle où nous passerons la nuit. Franz-Joseph le gardien, nous donne le choix entre la grande salle, un ou deux vestiaires, toujours bien élevés (voir plus haut) nous prendrons un vestiaire pour deux. Franz-Joseph qui parle plusieurs langues nous propose des matelas de sport (sans supplément) et nous fait faire le tour du propriétaire. Les salles , vestiaires et sanitaires sont « nickel ». Nous découvrons avec surprise des « vélos-ballons » ce qui correspond au doux nom de Rad-ball en langue germanique. Les vélos ont une selle très en arrière de la structure, le pignon est fixe. Une équipe se compose de 2 joueurs, un joueur de champ et un goal.
Tous doivent avoir en permanence les pieds sur les pédales ; il est interdit, sous peine de pénalité, de poser un pied à terre, les goals font pratiquement du « sur-place ». Le ballon est dirigé avec la roue avant, le cycliste fait pratiquement de l’équilibre sur la roue arrière. Hervé, Jean-Paul ont toute la nuit pour s’entraîner, Bernard prend les photos.

Article suivant Article précédent