De Bosen à Hohenöllen Étape du 18 juillet

, par Bernard, Denis, Jean-Paul, Sylvie

Album photos

AIDE Pour afficher le diaporama, cliquez sur une des photos

Aujourd'hui les 1000 km sont atteints Les pistes cyclables allemandes sont agréables échanges de souvenirs avec Erich, le Maire de Hohenöllen Erich arbore notre fer à cheval les enfants aussi ! Le Grillhütt Dans le boulledog ! Catherine, notre inerprète traduit le discours d'Erich le banquet : grillades tendres, courgettes et pommes sautées photo souvenir, avant la nuit....

Départ à 9h, température 14 ° Sylvie et Bernard sont allés au point info touristique près du lac de Bostalsee pour chercher une carte plus détaillée de la fin de l’étape. Ils ont trouvé cette carte au cours de la matinée, après plusieurs tentatives infructueuses. (ils ont du mérite NDLR). La langue allemande n’a plus de secret pour eux ... Celle des signes non plus. Comment mime-t-on station-service en langage des signes .......
Aujourd’hui les 1000 km sont atteints
Les cyclistes s’engagent dans une mauvaise direction à Freisen, suivis par les véhicules, la punition est immédiate, une bonne quinzaine de km en plus, sans compter les bosses impressionnantes. Des records de vitesse sont, semble t-il, battus au cours de la matinée dans une descente à 12% : 75 km/h pour Hervé, 61 Km/h pour Denis (selon les organisateurs) Jean-Paul est non classé. Un pilote de moto-cross accompagne les cyclistes dans un raccourci semé d’embûches, ce qui permet aux vélos d’arriver les premiers au RDV du déjeuner à Oberalben. Les pilotes avaient eu auparavant le temps d’apprécier le pittoresque village de Körborn, ses maisons colorées et ses rues sinueuses et escarpées. Les pistes cyclables sont nombreuses et celle empruntée suit la rivière Glan et la voie ferrée où circulent des draisines actionnées par les mollets de vacanciers.
Cela pourrait servir d’échauffement pour nos cyclistes. L’arrivée à Hohenöllen est éprouvante pour les organismes mais la douche et l’accueil original remettent tout en place.
Discours de M. Le Maire Eric Wannenmacher :

Chers amis français Mesdames et Messieurs,
Au nom de la commune de Hohenöllen, je vous souhaite la bienvenue sur le terrain de pique-nique et de barbecue. Nous considérons aujourd’hui l’amitié entre la France et l’Allemagne comme quelque chose de naturel et qui va de soi. C’est en considérant le chemin que nous avons parcouru depuis 200 ans que nous pouvons réaliser le changement et les transformations réalisées par nos peuples respectifs. La France et l’Allemagne ont mené plusieurs guerres : 1870-1871 la 1ère et la 2ème guerre mondiale. Les voisins que nous sommes depuis toujours se sont souvent trouvés face à face en se défiant et se méfiant de l’autre. Nous sommes devenus des partenaires qui jouent un rôle important dans les efforts concernant la paix et la coopération économique en Europe.
Cette coopération amicale est le résultat des efforts intensifs des chefs d’état de nos pays. De Gaulle, Adenauer, Mitterand, Kohl, je pourrai allonger la liste de Chirac à Nicolas Sarkozy en France de Willy Brant, Gérard Schroder à Angela Merkel actuellement chancellière allemande. Tous ont contribué à l’amélioration des rapports bi-latéraux. Bien sûr, on ne peut pas obtenir les résultats politiques dans un climat froid dans lequel les hommes ne se comprennent pas et sont toujours prêts à se venger. Il a fallu préparer le terrain pour voir ensuite prospérer l’amitié entre nos deux pays. Cette amitié a vu le jour, dans le cadre de nombreux jumelages entre des villes ou des communes des deux côtes du Rhin. Pour nous tous, c’est aujourd’hui quelque chose de tout à fait normal. Au début, il y a eu des personnalités, qui, au nom de l’histoire ont cherché la compréhension entre les peuples et le pardon. L’amitié entre ces peuples ne signifie pas pour autant que l’on abandonne son identité ni que l’on réduise ces égoïsmes nationaux. Grâce à ces idées et à ces actions, nos deux peuples ont travaillé à la base pour la paix et la prospérité.
Il y a trois ans, une délégation française est passée ici, le 21 juillet 2005, avec une calèche et un cheval nommé IGA. Tous ceux qui ont participé à cette soirée s’en rappelleront avec plaisir.
Je vous souhaite à tous d’agréables moments, d’agréables conversations en mangeant et buvant bien tous ensemble ici à Hohenöllen.
Bonne soirée à tous.

Les saucisses chaudes et la bière fraîche nous attendent au Grill Hütte. Un grill hütte est une sorte de kiosque en bois, au milieu duquel se trouve un énorme barbecue. Le grill peut monter grâce à une manivelle. Des bancs permettent à un vingtaine de personnes de s’asseoir en rond, tout autour.
On nous invite ensuite à prendre place dans une remorque tirée par un tracteur (un bull-dog !!). Les bottes de paille font office de banquettes : nous voilà partis pour un tour du propriétaire à travers champs et forêts. Au détour d’un sentier, une voiture bloque le passage. Un table nous attend, avec eau de vie de myrtilles, Kirsch rouge, fromages divers, devant un panorama à couper le souffle. De retour au grill-hütte, nous nous installons dans la salle du chalet en bois, pour manger des grillades très tendres accompagnées de pomme de terre sautées, courgettes etc..,Bière, vin rouge à volonté... orangina aussi !
Grâce à Catherine, notre agréable interprête, et de nombreux personnes anglophones, les échanges sont nombreux et chaleureux.
Éric, le Maire d’Hohenöllen, et Catherine promettent de venir à Nantes en mai prochain. Éric, très soucieux de notre santé, fait libérer la salle pour que nous puissions installer notre couchage. L’extinction des feux a lieu avant 22h30.

Article suivant Article précédent