Notre histoire Historique de l’association

, par Jean-Paul

Chaque personne, chaque groupe constitué possède une histoire. Celle-ci a façonné la vie, les relations, les comportements et il importe de s’en imprégner pour comprendre les actions réalisées et les projets. « Sur les Pas d’Iga » ne déroge pas à cette règle. Cette association constituée officiellement en 2006 a été crée pour continuer les relations amicales nouées pendant la Marche au Cœur de l’Europe de 2005. Cette marche de 4 mois voulait établir des liens d’amitiés entre Bychawa (Pologne) et La Chapelle-sur-Erdre (France) en traversant la Pologne, la République Tchèque, l’Allemagne, le Luxembourg et la France. Iga la jument polonaise ouvrait la marche en favorisant les nombreux contacts dans les localités européennes accueillantes. Ce merveilleux périple est retracé dans le site « GOMACE » .

Mais pourquoi traverser l’Europe avec une jument polonaise et comment cette idée a-t-elle pris germe dans la tête de quelques-uns ? Sans doute il faut remonter plusieurs années en arrière. C’était en 2002. Les participants du voyage organisé par le Comité de Jumelage et de Relations Internationales de La Chapelle-sur-Erdre voulaient traverser la Pologne d’Ouest vers l’Est, en vélo et à pied pour se rendre à Bychawa, ville jumelée avec La Chapelle-sur-Erdre. Chaque jour, le car assurait l’intendance. Les piétons et les cyclistes se retrouvaient midi et soir , accueillis dans les localités polonaises. Ce samedi 20 juillet après une nuit à l’hôtel de Noviat Supia, ancien centre de vacances pour les cadres du Parti, nous grimpons vers le monastère de Swety-Kryz dans le parc national. A l’entrée une halte de recueillement s’impose à l’ossuaire des morts de Katyn. Après la visite et la descente sur le versant opposé, les cyclistes enjambent les vélos, quelques marcheurs montent dans le car et les autres se dirigent vers Lascow pour déjeuner ensemble le midi. La forêt et la campagne morcelée, multicolore sont jolies en été mais les chemins ne correspondent plus avec la carte. Plus nous avançons plus le clocher s’éloigne. Nous sommes perdus et les jambes lourdes. Personne pour demander le chemin jusqu’au passage d’un paysan avec son cheval attelé à la charrette traditionnelle polonaise. Il s’arrête, tout surpris de rencontrer des Français ; décharge sa herse et la dizaine de marcheurs s’entassent dans la charrette. C’est au petit trot que les joyeux marcheurs, hilares, terminent leur périple sous l’oeil médusé des passants mais aussi de leurs collègues qui les attendaient depuis quelques heures. Nous ne saurons jamais qui étaient les plus impressionnés et fiers ; les Français faisant du stop dans une charrette polonaise ou le paysan Polonais transportant des français dans sa « briska ».

Cette petite aventure n’a-t-elle pas semé cette idée de faire un voyage avec un cheval et une calèche de Pologne vers la France ? A son retour, Jeanine écrivait

quand est-ce qu’on repart pour ramener la charrette et le cheval ?

Cette idée a germé, mûri et la cueillette a commencé le 8 mai 2005 à Bychawa en Pologne, 50 ans après la fin de la guerre, 14 marcheurs prenaient la route vers l’Ouest encouragés par les amis Polonais.

Pour en arriver là c’est toute une équipe qui s’est « attelée » à rendre possible cette aventure. Il a fallu convaincre le Comité de Jumelage, pas toujours facile, le soutien du président a été primordial. Tracer le parcours, fixer les étapes, rechercher les lieux d’accueil dans les 4 pays, acheter une jument à Bychawa et une calèche polonaise, René assurant la formation du cocher. Organiser chaque semaine une équipe de marcheurs, assurer l’intendance des marcheurs et de la jument, trouver des interprètes dans chaque pays, se coordonner avec le Comité de Jumelage et la Mairie de Bychawa. Une immense chaîne s’est mise en place dans la préparation et l’organisation de cette Marche au Cœur de l’Europe.

Collectivement nous avions fixé des objectifs :

  • Le cheval polonais et son attelage effectueront tout le trajet. Ils seront le symbole de notre marche de la paix et de la fraternité au cœur de l’Europe. Ils rapporteront l’emblème de Bychawa : le fer à cheval jusqu’à sa cité jumelle de La Chapelle-sur-Erdre.
  • L’Union Européenne qui se construit dans les textes, les traités, les réglementations, les réunions officielles doit aussi se construire dans les populations par la rencontre, la connaissance mutuelle et les gestes simples d’amitié : se serrer la main … manger à la même table … parler ensemble même si on le fait avec les mains … se dire bonjour, au revoir, merci dans la langue de celui que l’on rencontre … trinquer à la même boisson … mettre un visage sur les personnes … reconnaître des rues, des bâtiments dans les villages mais aussi s’interroger et partager les espoirs , les difficultés, les souhaits de celui ou de celle que l’on rencontre …

C’est une aventure humaine magnifique qui a été vécue pendant 18 semaines par une centaine de marcheurs sans compter celles et ceux qui nous accompagnaient et nous accueillaient chaque jour. Internet permettait de partager notre entreprise avec des centaines d’internautes. Iga fut saluée par de très nombreux chapelains à son arrivée le 11 septembre 2005 ; la présence de Martina venue spécialement du village de Lindenhardt en Bavière fut reçue comme un très beau cadeau.

Cette immense chaîne d’amitié créée pendant 4 mois ne pouvait pas s’arrêter ; les portes, les cœurs qui s’étaient ouverts ne pouvaient se refermer ainsi. Les participants, les organisateurs décidèrent de créer l’association « Sur les Pas d’Iga » qui fut officiellement déclarée le 30.12.2006.